Lacoste : la marque française du crocodile devient suisse !

Lacoste, la marque française du crocodile devient suisse ! Sa présidente, Sophie Lacoste-Dournel, vend ses parts à la société Devanlay, intégrée au groupe suisse Maus Frères.

Une belle marque de luxe française qui passe sous giron suisse. Le crocodile Lacoste, rappelons-le, est le premier logotype dans l’histoire de la mode !

lacoste marque francaise du crocodile devient suisse groupe lacoste devanlay

Dans un climat familial « houleux » (pour rester soft), Sophie Lacoste-Dournel, nouvelle Présidente succédant à son père  Micel Lacoste depuis le 24 septembre dernier, vient de décider de faire comme son père : vendre l’intégralité de ses parts à la société Devanlay, la société fabricant les vêtements du croco.

1927 : Les origines de Lacoste

René Lacoste, plusieurs fois champion de Tennis Simple Messieurs sur les tournois internationaux, remporte la Coupe Davis. Il se fait confectionner à Londres un lot de chemises en mailles piquées, plus confortables que le simple tissu pour jouer sous la chaleur.

Cette même année, l’illustrateur Robert Georges caricature la hargne du tennisman par un crocodile, que René Lacoste reprend comme logo sur ses polos londoniens.

1930 : Retraite sportive du Champion

Trois ans après le début de sa retraite sportive, René Lacoste fonde en 1933 la société La Chemise Lacoste en collaboration avec André Gilliers, industriel en textile de Troyes. René Lacoste bénéficie de la notoriété, André Gilliers d’une expertise textile industrielle : le duo parfait pour la marque déposée en juin 1933.

1965 : la société Devanlay reprend des parts de La Chemise Lacoste

Les fils de Monsieur Gilliers cèdent leurs parts à Mr Pierre Levy, propriétaire de la société Devanlay. Le fils aîné de René Lacoste, Bernard a repris la direction en 1963.

1970 : La crise du textile

En pleine crise du textile, le groupe Levy, la première bonneterie d’Europe comptant 13.500 salariés, recommande à la marque Lacoste de diversifier son activité.

Bénéficiant d’une forte notoriété, Lacoste se lance dans les parfums, puis les lunettes en 1981, et par la suite dans les sacs et les chaussures.

1998 : Devanlay cédée au groupe suisse Frères Maus

La société Devanlay est cédée à un groupe suisse : Frères Maus. Dans ces mêmes années, la marque française Lacoste souffre d’une détérioration de son image due au développement de la contrefaçon.

La marque décide de s’orienter sur la mode ; le créateur Christophe Lemaire rejoint Lacoste, devenu aujourd’hui designer des collections Hermès. Lacoste défile pour la première fois à la Fashion Week de Paris.

2006 : Disparition de Bernard Lacoste

Après plus de 40 ans de direction, le fils aîné Bernard Lacoste disparaît. Son frère Michel devient Président par obligation, laissant sa place à son fils Philippe, mais la passation ne se déroule pas comme prévu : Michel reprend la Présidence.

Parallèlement, le suisse Maus se propose de racheter les parts des héritiers Lacoste ; réponse négative de ses derniers.

2012 : féminisation de la marque

La première collection femme Lacoste arrive en boutique ! Effectivement, les femmes étant les premières clientes de cette marque de luxe – achats destinés pour leur mari – Lacoste ne pouvait se permettre de ne pas diversifier sa gamme !

Sophie Lacoste-Dournel succède à son père Michel, dans un climat familial houleux.

Mécontent de l’attitude carriériste de sa fille, Michel Lacoste décide de vendre ses parts  au groupe Maus, impliquant de ce fait une détention minoritaire des parts de la famille Lacoste dans leur propre société.

Toujours en conflit avec son père, Sophie Lacoste-Dournel et ses cousins décident d’agir dans le sens du père Michel.

La vente des dernières parts de la famille Lacoste au groupe Maus Frères s’élève à 1,25 milliards d’euros.

La conclusion de cette histoire :

On dit qu’il y a 3 étapes dans la vie d’une entreprise familiale :

  1. Le grand-père fonde la société.
  2. Son fils la développe.
  3. La troisième génération la brûle.

Michel Lacoste était cette 3ième génération. Sa fille Sophie peut tristement vérifier les trois grandes étapes de la vie d’une société familiale.

En attendant, la France perd une société de plus, et non des moindres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*